Description


    Le diabète de type 2

    Partagez
    avatar
    Mary
    Administratrice

    Féminin Messages : 36
    Date d'inscription : 17/09/2017
    Age : 29
    Localisation : Angers

    Le diabète de type 2

    Message  Mary le Dim 24 Sep - 23:24

    Le diabète de type 2

    Le diabète de type 2 est une maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique, c’est-à-dire par un taux trop élevé de glucose (sucre) dans le sang. Cette maladie survient généralement chez les adultes avançant en âge, et touche davantage les personnes obèses ou ayant un surplus de poids. 

    Chez un individu sain, le contrôle de la glycémie se fait par l’insuline, une hormone sécrétée par le pancréas. L’insuline permet l’entrée du sucre dans les cellules pour qu’il soit utilisé comme carburant, particulièrement dans les muscles et le foie. Chez une personne atteinte de diabète de type 2, l’organisme devient incapable de réguler la glycémie, c’est-à-dire le taux de glucose dans le sang. C’est alors que la glycémie s’élève (on parle d’hyperglycémie). À long terme, si la glycémie n’est pas abaissée par des traitements, cela peut causer de graves problèmes de santé, en particulier des problèmes cardiovasculaires.

    Cette maladie chronique demande un traitement individualisé et une surveillance étroite par la personne atteinte et l’équipe médicale. Les saines habitudes de vie sont à la base du traitement. Si ces habitudes ne suffisent pas à faire baisser la glycémie, des médicaments peuvent être utilisés.

    Causes

    Le diabète résulte de la combinaison de facteurs génétiques et environnementaux, ainsi que de facteurs liés au mode de vie. En général, chaque personne porte un bagage héréditaire qui la prédispose à souffrir de diabète ou au contraire la protège. Les chercheurs connaissent aujourd’hui plusieurs gènes qui rendent un individu à risque de développer un diabète de type 2. Chez les personnes génétiquement prédisposées à la maladie, c’est généralement le surpoids et particulièrement l’accumulation de gras dans les organes de l’abdomen qui entraînent une résistance à l’insuline, le premier pas vers le diabète de type 2.

    Initialement, pour compenser la résistance à l’insuline, le pancréas se met à produire davantage d’insuline. Cependant, avec le temps, le pancréas s’épuise et la sécrétion d’insuline diminue. Il y a donc un manque relatif d’insuline et la glycémie reste alors élevée de façon continue.

    Le diabète de type 2 est donc le résultat de 2 phénomènes : d’abord une résistance à l’insuline, ensuite l’épuisement du pancréas.


    Diagnostic

    Comme le diabète de type 2 s'accompagne rarement de symptômes à ses débuts, on le découvre souvent de façon fortuite au cours d’un examen médical de routine.

    Des tests de glycémie permettent de le détecter : un test de glycémie à jeun ou au hasard et, parfois, un test d’hyperglycémie provoquée. Ce dernier test consiste en une lecture de la glycémie 2 heures après avoir ingéré un jus sucré contenant 75 g de glucose. Souvent, la glycémie à jeun s’élève progressivement au fil des années et passe d’un taux normal à un état intermédiaire de prédiabète, puis au seuil diabétique.

    La glycémie peut être mesurée par une prise de sang ou estimée grâce à un lecteur de glycémie(glucomètre), qui permet d’analyser la glycémie sur une goutte de sang prélevée au bout du doigt.

    Même si les résultats sont normaux, il est habituellement recommandé de passer ces examens à intervalles réguliers afin de dépister la maladie le plus tôt possible.

    Complications possibles

    À long terme, plusieurs diabétiques voient leur état de santé s’aggraver en raison de leur maladie, surtout si le diabète n'est pas bien contrôlé et suivi. En effet, une glycémie élevée de façon chronique endommage peu à peu les nerfs et les vaisseaux sanguins, principalement aux yeux et aux reins. Le diabète peut ainsi être à l’origine de maladies cardiovasculaires, d’une perte de vision irréversible, de douleurs en raison d’atteintes des nerfs ou d’insuffisance rénale. 


    Les symptômes du diabète de type 2

    À ses débuts, le diabète de type 2 entraîne peu ou pas de symptômes. Il peut donc passer inaperçu durant plusieurs années. Certaines personnes peuvent toutefois présenter des symptômes causés par l’hyperglycémie, tels que :

    - Une envie fréquente d’uriner, surtout la nuit. Les reins produisent plus d’urine pour tenter d’éliminer le surplus de glucose dans le sang;
    - Une augmentation de la faim et de la soif, avec une sensation de bouche sèche;
    - Une somnolence excessive qui se remarque surtout après les repas;
    - Une vision trouble;
    - Des infections bactériennes ou à champignon plus fréquentes (infections urinaires, vaginites, etc.)


    Personnes à risque

    - Les personnes dont un parent du premier degré (mère, père, frère ou soeur) est atteint de diabète de type 2;
    - Les personnes obèses ou ayant un surplus de poids, surtout lorsque la masse adipeuse se concentre dans l’abdomen plutôt que sur les hanches et les cuisses. En effet, le gras logé dans les organes de l’abdomen (surtout le foie) est celui qui nuit le plus à la fonction de l’insuline. Plus de 80 % des diabétiques de type 2 ont un excès de poids;
    - Certaines populations sont plus à risque, notamment les Africains, les Latino-américains, les Asiatiques et les populations autochtones d’Amérique du Nord.

    Facteurs de risque

    - Avoir plus de 40 ans. Le diabète de type 2 touche surtout les adultes, et sa prévalence augmente avec l’âge;
    - Avoir un mode de vie sédentaire et consommer trop de calories;
    - Pour les femmes, avoir souffert de diabète gestationnel ou avoir donné naissance à un bébé pesant plus de 4 kg;
    - Avoir un syndrome métabolique. En clinique, le médecin évaluera la présence des facteurs suivants (3 suffisent au diagnostic de ce syndrome) :

    une obésité abdominale, déterminée par la mesure du tour de taille;
    un taux élevé de triglycérides sanguins;
    un faible taux de HDL sanguin (« bon » cholestérol);
    une hypertension artérielle;
    une glycémie élevée à jeun.
     

    Médicaments

    Aucun traitement ne permet de guérir définitivement le diabète. C’est une maladie chronique et un traitement à vie est nécessaire. L’adoption d’une meilleure alimentation et la pratique régulière d’une activité physique constituent toutefois un véritable mode de traitement, et peuvent aider à éviter le recours aux médicaments. Si ces mesures ne suffisent pas, les médecins peuvent prescrire un ou plusieurs des médicaments antidiabétiques suivants, qui ont tous pour effet de diminuer la glycémie ou d’aider à la contrôler.

    - La metformine (Glucophage®️ ou Glumetza®️) est la pierre angulaire du traitement chez la grande majorité des diabétiques de type 2. Son action permet de diminuer la résistance à l'insuline, ce qui aide l'organisme à utiliser plus efficacement le glucose, sans risque d’hypoglycémie. Elle favorise aussi la perte de poids;

    - Les médicaments augmentant la sécrétion d’insuline (ou insulinosécréteurs) comprennent les sulfonylurées (Diabeta®️, Diamicron®️, Diabeta®️) et les glinides (Starlix®️, GlucoNorm®️). Ils stimulent directement la production d'insuline par le pancréas par différents mécanismes. Ils sont très efficaces pour contrôler la glycémie, mais avec le risque potentiel de causer des hypoglycémies;

    - Les thiazolidinédiones (ou glitazones), une classe de médicaments qui comprend la rosiglitazone (Avandia®️) et la pioglitazone (Actos®️), améliorent la glycémie en diminuant la résistance à l’insuline. Ces médicaments sont de moins en moins prescrits au Canada et des mises en garde ont été émises par les organismes de surveillance à cause du risque d’accidents cardiaques et du risque de fracture noté chez certaines populations. À noter que les médicaments à base de rosiglitazone ont été retirés du marché européen fin 2010 en raison de leurs effets cardiovasculaires indésirables;

    - L’acarbose qui est un inhibiteur de l’alpha-glucosidase (Glucobay®️) a pour effet de diminuer l'absorption des glucides dans l’intestin. Ils doivent être pris au moment d'un repas pour être efficaces et peuvent entraîner des ballonnements et des flatulences causés par les sucres non absorbés;

    - Les incrétino-mimétiques (ou incrétines) sont une nouvelle famille de médicaments dont font partie Januvia®️ (sitagliptine), Byetta®️ (exénatide), Onglyza®️ (saxagliptine) et Victoza®️ (liraglutide). Ils agissent en augmentant la sécrétion d’insuline après un repas, sans causer d’hypoglycémie. Les médicaments administrés par voie orale (sitagliptine et saxagliptine) ont un effet neutre sur le poids. Le Victoza®️ est nouvellement apparu sur le marché, il s’administre par injection et est associé à une perte de poids. Toutefois, il n’est pas indiqué en première ligne et ses effets et sa sécurité à long terme sont inconnus.

    - Les médicaments entraînant la perte de poids comme l’orlistat (Xenical®️) peuvent être envisagés chez les personnes diabétiques souffrant d’obésité. Ils sont utiles pour améliorer la glycémie en permettant une perte de poids. Toutefois, leur coût est élevé et ils ne sont pas appropriés pour tous les patients.

    Le traitement à l’insuline par injections est une option très valable, bien qu’on y ait recours souvent après un échec aux médicaments oraux. On peut aussi l’administrer de façon transitoire en cas d’hyperglycémie importante, d’infection, d’hospitalisation ou d’intervention chirurgicale, par exemple. En effet, des injections d’insuline peuvent s'imposer lorsque les médicaments ne suffisent plus, car la sécrétion d'insuline diminue avec le temps chez les diabétiques de type 2. On procède généralement à une injection par jour, souvent administrée le soir. Certaines personnes peuvent aussi être traitées par pompe à insuline.


    ___________________________________________________
      Premières démarches commencées le 20 octobre 2013 - Sleevée le 26 juin 2014 - Perte de 30 kg

      Aujourd'hui septembre 2017 : 1 m 74 - 105 kg - désir de bypass

      30 mai 2018 : RDV chirurgien - Dr. Beccouarn à la clinique de l'Anjou
      Juin - Novembre : suivi pluridisciplinaire psycho-diététique et sportif

      Ma présentation : Partie 1 - Partie 2 - Mon parcours bypass (forum)
    avatar
    Mary
    Administratrice

    Féminin Messages : 36
    Date d'inscription : 17/09/2017
    Age : 29
    Localisation : Angers

    Re: Le diabète de type 2

    Message  Mary le Jeu 28 Sep - 23:13

    J'ai découvert récemment ce blog génial : http://legourmetdiabetique.over-blog.com/

    Il est bourré de conseils et d'explications très claires et très simples sur le diabète de type 2 et la manière de le gérer au quotidien.

    N'hésitez pas à aller y faire un tour, vraiment j'aime beaucoup la façon dont c'est écrit et les conseils qui sont donnés.

    Le gourmet diabétique (extrait) a écrit:Réapprendre à manger, c'est aussi réapprendre à faire de la cuisine. La diététique ne doit être ni une torture, ni être incompatible avec les plaisirs de la table.
    Elle doit être « gastronomisée ».

    La première des choses à ne pas faire si l’on souhaite maigrir, c’est de croire aux miracles ou aux solutions de facilités et de demander à un cocktail chimique médicamenteux type anorexigène-diurétique-laxatif de se substituer à un manque de volonté. En ce qui concerne les anorexigènes ou « coupe-faim » on connaît certains exemples dramatiques récents. Quant aux diurétiques ou laxatifs à ce que l’on sache, « ils ne font pisser que de l’eau et pas d’huile ».

    On est sûr de la rechute avec en prime des malaises possibles et des kilos supplémentaires qui reviennent au grand galop dans les jours qui suivent l’arrêt du traitement.

    Quand on a décidé de perdre du poids, il faut le faire sans médicament sinon cela revient à soigner une maladie pour en créer une autre.
    Alors oubliés les marchands des dernières inepties et trouvailles diététiques à la mode qui font davantage fondre son propre compte en banque que les quelques bourrelets mal placés.

    Perdre du poids ne veut pas dire mourir de faim cela signifie simplement manger différemment, compléter de quelques « pilules » d’activité physique et de sport, médicament irremplaçable et indispensable (et que l’on ne trouve pas en pharmacie).


    Mon choix : l'équilibre alimentaire

    J’entends déjà les questions : aurais-je faim avec cette alimentation ?
    La cuisine sera-t-elle bonne ?

    Manger, c’est se nourrir mais c’est aussi échanger, partager avec d’autres autour d’un bon plat : plaisir, émotion et bien-être. Qui peut accepter de vivre en permanence de steak grillé, de carottes râpées sans huile, d’endives vapeur et de bouteilles d’eau ?

    Le diabétique peut-il manger de tout ?

    Pratiquement Oui !
    Malgré les contraintes imposées par le diabète, sa cuisine ne doit pas être punitive ni restrictive. Elle doit être bonne et conviviale.

    Équilibre alimentaire ne signifie pas mauvaise alimentation et cuisine fade, ennuyeuse, longue et compliquée. Il ne signifie pas renoncer au plaisir, l’aspect réjouissant doit être préservé. Diététique n’est pas synonyme de torture.Tout comme l’ennui, l’inappétence naît souvent de l’uniformité. Dégustée chaque jour par les mêmes palais, la cuisine familiale doit éviter de demeurer monotone. Il faut la varier, mettre de la couleur et qu’elle ait du goût. Diversité, qualité mais aussi simplicité, choix des aliments et présentation variée ouvrent l’appétit. Les papilles doivent être mises en éveil par du nouveau, de l’imprévu. En faisant le choix de privilégier un équilibre alimentaire sans prise de médicaments, il nous a fallu repenser entièrement notre façon de nous alimenter, être imaginatif tout en faisant simple et utiliser de bons produits accommodés à notre goût. Passer à table doit être un moment attendu et un plaisir partagé.
    Le diabétique ne doit pas se sentir exclu !

    Cette réussite ne peut être pleine et entière que si l’épouse ou la personne qui partage votre vie accepte de s’adapter et de modifier sa façon de cuisiner.


    ___________________________________________________
      Premières démarches commencées le 20 octobre 2013 - Sleevée le 26 juin 2014 - Perte de 30 kg

      Aujourd'hui septembre 2017 : 1 m 74 - 105 kg - désir de bypass

      30 mai 2018 : RDV chirurgien - Dr. Beccouarn à la clinique de l'Anjou
      Juin - Novembre : suivi pluridisciplinaire psycho-diététique et sportif

      Ma présentation : Partie 1 - Partie 2 - Mon parcours bypass (forum)
    avatar
    Mary
    Administratrice

    Féminin Messages : 36
    Date d'inscription : 17/09/2017
    Age : 29
    Localisation : Angers

    Re: Le diabète de type 2

    Message  Mary le Lun 2 Oct - 18:26

    J'ai posté récemment pas mal d'articles sur le diabète sur mon blog, vous pourrez les retrouver ici : http://www.lighter-life.fr/tag/diabete/

    Ils traitent de recherches médicales sur le diabète, d'habitudes à adopter quand on en est atteints, et des causes et conséquences de la maladie  smiley4_petit


    ___________________________________________________
      Premières démarches commencées le 20 octobre 2013 - Sleevée le 26 juin 2014 - Perte de 30 kg

      Aujourd'hui septembre 2017 : 1 m 74 - 105 kg - désir de bypass

      30 mai 2018 : RDV chirurgien - Dr. Beccouarn à la clinique de l'Anjou
      Juin - Novembre : suivi pluridisciplinaire psycho-diététique et sportif

      Ma présentation : Partie 1 - Partie 2 - Mon parcours bypass (forum)

    Contenu sponsorisé

    Re: Le diabète de type 2

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 16 Nov - 4:05